LEISHMANIOSE : GENERALITES

Écrire sur la leishmaniose n'est pas chose facile, de nombreux articles traitent de cette maladie et il semble que tout ait été dit. Nous savons déjà que seule la piqure d'un phlébotome femelle peut transmettre la leishmaniose, que ce moucheron sévit à l'aube et au crépuscule et qu'il est actif de mars à octobre avec un pic d'activité au printemps et en automne. On le trouve en Espagne et en France, principalement autour du bassin méditerranéen avec une tendance à progresser vers le Nord. Il touche également de nombreux pays en Afrique, Asie et Amérique du Sud.  

Phlébotome femelle
Phlébotome femelle

COMMENT SE TRANSMET LA LEISHMANIOSE ?

Les leishmanies vivent à l'intérieur de certaines cellules du chien et s'y multiplient. Lors du repas sanguin du phlébotome, les leishmanies sont aspirées vers son intestin pour s'y transformer. Après une maturation* qui varie de 4 à 20 jours, à une température d'environ 25°, elles migrent vers les glandes salivaires et sont alors prêtes à être injectées dans le sang du premier animal venu, chien, renard, cheval, vache, mouton, rat, écureuil, etc., chat exceptionnellement. L'insecte pique généralement les oreilles ou le dessus du nez. Il existe d'autres modes de transmission in utero de la mère aux fœtus et par transfusion sanguine (plus rares).

Deux à trois mois après l'inoculation, on peut voir apparaître chez le sujet contaminé une petite surélévation rouge sur la zone piquée. Celle-ci disparaît en moyenne dans les six mois. S'en suit une période d'incubation pouvant varier de trois mois à six ans**, à l'issue de laquelle certains chiens développeront la maladie.

 

* A noter : la lenteur du processus de maturation fait qu'un phlébotome ne peux transmettre la maladie en piquant deux sujets à la suite, il n'y a donc pas de contamination possible entre chiens.

** d'où l'importance de tester son chien au moins une fois par an.

COMMENT RECONNAITRE LA LEISHMANIOSE ?

La leishmaniose se présente sous différentes formes, viscérale, cutanée, cutanéomuqueuse et ménignée. Les principaux signes cliniques observés évoluent généralement sous une forme chronique, une évolution aiguë avec fièvre étant plus rarement observée. Il est urgent de consulter au moindre doute.

 

Signes fréquents :

 

ü  une modification du caractère, chien apathique, abattu, triste, il ne joue plus, il semble avoir pris un coup de vieux,

ü  une baisse d'appétit,

ü  un amaigrissement,

ü  une fonte musculaire, 

ü  des pellicules de grande taille et brillantes,

ü  une chute de poils, plus marquée sur les membres, la tête dont le pourtour des yeux, les oreilles, la queue,

ü  des chancres d'inoculation et des ulcérations,  

ü  des croûtes et crevasses sur la truffe et/ou les coussinets plantaires,  

ü  une onychogryphose (pousse des ongles, "ongles de fakir"),

ü  une adénomégalie (ganglions hypertrophiés),

ü  une hyperthermie inconstante.

 

D'autres signes sont plus rares : signes oculaires,  (blépharites, conjonctives, kératite,  etc.), splénomégalie (grosse rate), épistaxis (saignement de nez), symptômes résultant d'une atteinte rénale (boisson et urines en quantité augmentée, œdèmes, ascite…), atteintes hépatiques (vomissements…), atteintes musculaires (myosites, voire myocardite), atteintes nerveuses (neuralgies, paraplégie),  atteintes ostéo-articulaires (polyarthrite, périostite…), diarrhées, crises d'épilepsie (pour la forme méningée). 

Chutes de poils, chancres d'inoculation, ulcérations, ongles de fakir
Chutes de poils, chancres d'inoculation, ulcérations, ongles de fakir

COMMENT DIAGNOSTIQUER LA LEISHMANIOSE ?

Par sérologie, par ponction de ganglion, de moelle osseuse, de liquide céphalo-rachidien (pour la forme méningée). Trois sortes de tests sont pratiqués : ELISAIFI et PCR.

 

Test Elisa

(Enzyme-Linked Immunosorbent Assay) :  test immunologique permettant de doser les antigènes et les anticorps grâce à l'utilisation d'un marqueur. Dans la méthode ELISA, ces marqueurs sont des enzymes. La sérologie ELISA n'est positive que trois à quatre semaines après la piqure. 

Test IFI (immunofluorescence indirecte) : méthode qui permet de détecter la présence de diverses substances en utilisant des anticorps rendus fluorescents. C'est la technique de référence, la plus souvent utilisée pour une sérologie leishmaniose.

 

PCR (Polymerase Chain Reaction) : technique permettant de repérer, puis de multiplier à des millions d'exemplaires, un fragment d'ADN présent dans le prélèvement. Elle est très sensible et spécifique. La PCR permet de détecter des leishmanioses pour lesquelles la sérologie est négative : infections récentes, animaux asymptomatiques, leishmaniose à expression uniquement oculaire. 

 

Il peut arriver qu'un chien soit infecté, mais que la sérologie soit négative ou au contraire qu'un chien n'héberge plus de leishmanies (ou en quantité indétectable) et que la sérologie soit encore positive.

COMMENT TRAITER LA LEISHMANIOSE ?

Plusieurs molécules sont utilisées pour traiter la leishmaniose canine : le Glucantime (si les reins de votre animal ne sont pas atteint par la maladie ou le Milteforan (non distribué en France, nous avons la possibilité de vous en procurer si nécessaire +  Ziloric (ou son générique, l'Allopurinol).

 

Ces molécules permettent de maintenir un état général satisfaisant, mais jamais d'obtenir une guérison totale. Il faut être conscient que si à la fin du traitement d'attaque, les symptômes de leishmaniose ont généralement disparu, les leishmanies restent présentes dans l'organisme du chien. Les symptômes diminuent ou disparaissent, la sérologie diminue et revient même négative parfois, mais tous les chiens restent généralement porteurs de leishmanies qui sont comme en sommeil dans leurs organismes. Pour cette raison, le traitement d'attaque est toujours suivi d'un traitement d'entretien, moins soutenu, mais généralement poursuivi pendant toute la vie de l'animal.

 

L'insuffisance rénale et hépatique sont les complications les plus redoutées dans la leishmaniose canine.  

COMMENT PROTEGER SON CHIEN ?

Collier Scalibor (durée d'action de cinq mois). L'efficacité de ce collier est sensible une semaine après sa pose sur le chien, mais n'est complète qu'après deux semaines.

 

Pipettes spot-on de la marque Advantix (durée d'action de deux à trois semaines).

 

Vaccin Virbac ;  il diminue le risque sans le supprimer totalement. Il ne dispense donc pas des autres mesures de protection. Le vaccin se pratique en trois injections espacées de trois semaines la première année, suivies d'un rappel (une seule injection par an) les années suivantes. Les chiens peuvent être vaccinés contre la leishmaniose à partir de l'âge de six mois, mais pas en même temps que contre les autres maladies (maladie de Carré, leptospirose, parvovirose…) : un intervalle d'au moins un mois est recommandé.

 

Mais aussi :

 

- Garder les chiens à l'intérieur du coucher au lever du soleil, pendant la période d'activité du phlébotome.

 

- Pulvériser des sprays insecticides à l'intérieur des pièces où dorment les chiens, et plus généralement à l'intérieur des maisons.

 

- Disposer des moustiquaires sur les portes et fenêtres, et autour des zones de couchage des chiens.