ORIGINES

Le Podenco est un lévrier du type africain classé dans le groupe 5 des races canines : chiens de type Primitif, injustement déclassé de la catégorie 10 des lévriers dans la cynophilie française.

 

Descendant direct du Tesem, canidé sauvage vivant au néolithique dans la savane nord africaine, le Podenco est l'une des races, si ce n’est la race canine la plus ancienne au monde. Il est représenté sur des tombes de pharaons et des pièces de musée datant de 3400 ans avant JC, mais certaines peintures tribales feraient remonter son origine à 6000 ans avant JC.

 

Ce lévrier africain fut importé par les Phéniciens dans les Îles Baléares pour donner naissance au Podenco Ibicenco puis à d’autres races : le Podenco Canario, le Podenco Andalou, le Podenco Portugais…

  

De part son origine ancienne et sa nature rustique et primitive, le Podenco est une véritable passerelle vers la nature sauvage.

CARACTERE

Comme la plupart des lévriers, le Podenco est un grand chat dans un corps de chien : libre et indépendant, il a la particularité d’être actif et très vivant à l’extérieur, calme et posé à l’intérieur.

A la maison, le Podenco apprécie le confort de son coussin et est friand de longues siestes.

 

Au jardin ou en promenade, il a besoin d’exprimer ses instincts et son énergie.

 

Mentalement vif et éveillé, il doit être diverti, stimulé. Le Podenco est très intelligent, il aime réfléchir et observer ses maîtres et son environnement. Les propriétaires de Podencos apprécient son caractère doux et sensible. Il est très fidèle et affectueux vis à vis de son « humain » et particulièrement tendre avec les enfants. Il est cependant méfiant et réservé envers les étrangers.

 

Mais il serait une erreur d’oublier que le Podenco est un chasseur redoutable. Rapide et persévérant, on l’utilise en espagne pour la chasse au petit et grand gibier, seul ou en meute, de jour comme de nuit. Déterminé, il peut passer plusieurs heures à attendre patiemment sa proie. Cet instinct inné en fait parfois un animal fugueur, d’autant plus qu’il n’a pas de rappel. Bien souvent, il revient vers son maître quand il a fini d’apprécier sa liberté ou quand il a enfin son trophée de chasse qu’il ramène volontiers au pied de son maître comme ferait le chat.

 

Doté d’une extraordinaire agilité, il est capable de sauter très haut (voir photos ci-dessous). Le Podenco ne peut donc être lâché que dans des endroits parfaitement clôturés (au moins 1m50). Il est aussi doté d’un odorat et d’une vue aiguisée. 


 

Avec ses congénères, comme d’ailleurs avec ses maîtres, il demeure peu bagarreur et préfère s’éloigner plutôt que d’entrer dans un conflit.

 

Le Podenco communique beaucoup (sans être particulièrement aboyeur) et a conservé un langage sonore et corporel primitif assez particulier. En effet, il est fréquent que le Podenco parle, grogne, mais ce qui peut être perçu comme un signe agressif n’est en fait qu’un appel au jeu ou l’expression de son contentement ! De même lors de séances de jeu intense, son côté « brut de décoffrage » manque souvent de délicatesse.

 

Une autre qualité du Podenco : tel le Tesem, grand gardien du temple du pharaon, il est très protecteur envers ses maîtres et sa maison.

 

Le Podenco peut se révéler très têtu, voire même comédien. Il rusera ou jouera de son charme pour arriver à ses fins. A l’adoptant donc de ne pas céder.

 

Le Podenco est un lévrier facile à vivre, même pour des maîtres débutants à partir du moment où ils développent avec lui un rapport de complicité plutôt que de domination. Tout rapport de force physique est à bannir car le Podenco n’entend rien à la violence et se braquera ou fuira si l’on ne respecte pas sa nature sensible. Dans le cas contraire, s’il est confiant et respecté, le Podenco suivra et aimera son maître aveuglément et lui offrira une complicité et une fidélité sans limite.

Le Podenco doit être davantage considéré comme un « pote » que comme un chien docile, soumis et obéissant.

 

LE CHIOT PODENCO

 

Malgré sa nature facile à l’âge adulte, le chiot Podenco est un bébé particulièrement dynamique et têtu. La bonne attitude à adopter est « une main de fer dans un gant de velours » mais il demandera beaucoup de patience et des nerfs solides : il est difficile de canaliser son énergie débordante et ce petit pirate peut se révéler très joueur version destructeur.

 

Le Podenco quitte l’adolescence pour l’âge adulte entre 3 et 5 ans.